"Il y a un grand calme sauvage derrière ce jargon"
Kenneth White, Terre de Diamant

 
"Peu d'artistes de poètes, de penseurs  de quelque envergure peuvent se passer du vocabulaire cosmopoétique"
Kenneth White, Les Rives du silence

  
« Quant à ma propre institution, l’Institut international de géopoétique, dont l’organisation est anarcho-complexe,  j’insiste toujours sur la nécessité de recourir aux textes fondateurs, et de bien comprendre le lexique de base »
Kenneth White, Le Champ du grand travail

  

 

De l’origine : au début était le lexique

 

L’année 1997 a vu paraître un lexique de quelques mots clés liés à l’œuvre de Kenneth White édité en complément d’un document pédagogique VHS qui lui était consacré [1]. La vocation initiale de ce lexique de base était de s’adresser à un public enseignant et scolaire afin que celui-ci se familiarise avec la pensée et l’œuvre d’un poète et penseur contemporain d’envergure.


L’année suivante, ce même lexique a été complété puis livré à nouveau dans un numéro spécial consacré à la géopoétique* [2] proposé par la revue Poésie [3]. Intitulé « Lexique géopoétique », il recense quinze termes choisis représentatifs de la pensée de Kenneth White. Malgré le fait que le texte ne soit pas signé, on peut à bon droit considérer que le choix des termes et des expressions présenté et les définitions données alors sont l’œuvre de l’auteur lui-même.

 

Le « Lexique géopoétique » est la seule source à ce jour qui permette de définir et préciser la terminologie propre à l’auteur franco-écossais. Or, la réunion patiente de la quasi-totalité de l’œuvre disponible tant en langue anglaise que française, et son commerce prolongé, m’avaient convaincu de l’existence d’un champ plus large d’investigation.

 

Plusieurs rencontres avec l’écrivain, et son assentiment sur le principe d’une telle recherche, m’ont encouragé dans l’idée de poursuivre une tâche lexicographique plus vaste. Disons-le d’emblée, s’agissant d’une œuvre vive, multiple et complexe, l’exhaustivité ne pouvait être la finalité ultime. Tout au moins me suis-je fixé pour objectif d’établir, autant que faire se peut, le « vocabulaire de base » qu’évoque White dans un de ses propos. Ce faisant, je pense apporter un éclairage nouveau sur la géopoétique et un moyen supplémentaire pour favoriser sa connaissance par le plus grand nombre, et son essor.

 

 

De la méthode

 

J’ai fait le choix de me restreindre au domaine français qui concentre encore la majorité de l’activité éditoriale de White (même si des publications en langue anglaise voient à nouveau le jour depuis plusieurs années déjà).

 

La quasi-totalité du corpus disponible a été abordé en vue d’en extraire les termes les plus caractéristiques et significatifs de la pensée de l’auteur. Afin de se faire une idée de l’envergure de l’œuvre, notons que Kenneth White a fêté en 2013 cinquante années de publication. A l’œuvre complète éditée s’ajoute la prise en compte des principaux essais critiques relatifs à l’œuvre. Seuls ont été écartés les travaux universitaires (écrits par White ou par d’autres), les séminaires notamment tenus au sein de différentes universités, ses allocutions publiques à l’exception de quelques unes, ses très nombreux articles de presse, ses interventions radiophoniques…. Par contre, les principaux entretiens (recueillis dans différents ouvrages) et les principales contributions en revue ont été investigués.

 

Le premier travail a consisté à sélectionner les termes pouvant justifier d’entrer dans le Dictionnaire. Les nombreux néologismes, caractéristiques du génie créatif de White, ont bien sûr été retenus, mais aussi les termes ou expressions dont l’auteur fait un usage particulier. Citons quelques exemples pour illustrer cette sélection :

 

  • Le terme « médiocratie » par exemple n’est pas propre à White mais son usage par cet auteur nous a semblé devoir être précisé et mis en perspective dans son œuvre.

 

  • La notion de « cacotopie », qu’on peut vraisemblablement lui attribuer, est par contre typique du trait de pensée de l’auteur par son caractère radical et ironique.

 

  • « Celtitude » a été maintenu, même si le terme n’est pas propre à l’auteur, par contre son recours par l’écrivain franco-écossais méritait d’être précisé étant donné les interprétations abusives dont il a pu faire l’objet.

 

  • Certains commentateurs ont qualifié l’œuvre de White de post-moderne et il a lui-même utilisé ce qualificatif. Mais ce vocable ne méritait pas d’être retenu contrairement à « Post-histoire » qui prend un relief particulier chez lui même s’il a peu usé du terme [4].

 

Quelques notions singulières ont été écartées car peu présentes ou en définitive peu représentatives (polytopique, économie psychophysique, dérive anarcho-chaotico-nihiliste…). D’autres, en revanche, ont été maintenues même si leurs occurrences étaient peu nombreuses du fait de leur originalité ou de leur étroite connexion avec d’autres notions retenues.

 

Au départ, rien ne permettait d’envisager que près d’une centaine de mots et d’expressions pouvait être en dernier lieu recensée. Rien ne permettait d’imaginer la profonde cohérence interne de l’œuvre qui ressort de l’examen attentif de ce lexique de base, ce malgré les décennies d’écriture, malgré la variété des genres abordée par l’auteur. C’est bien un nouveau vocabulaire poétique qu’a créé White, presque un nouveau langage (toute une exploration restant d’ailleurs à faire sur la place du néologisme chez lui).

 

De la nature de l’ouvrage

 

D’un point de vue strict, cet essai de dictionnaire est un glossaire, au sens de « vocabulaire propre à un auteur ».

 

Or, depuis 1989, année de création de l’Institut internationale de géopoétique*, toute l’œuvre est orientée. Le travail du poète-penseur*, ses créations successives, ont permis l’émergence de cette notion-clé, heuristique, la géopoétique, qui à la fois englobe et à la fois dépasse toutes les notions jusque-là évoquées par l’auteur (comme par exemple « le monde blanc*», « la biocosmopoétique*», « l’érotocosmologie*.) De ce fait, l’intitulé « Dictionnaire de géopoétique » nous a semblé être plus marquant pour l’esprit (plutôt que simplement « Glossaire whitien ») et plus représentatif de la pensée même de Kenneth White dans sa volonté totalisante et ouvrante.

 

 

De son objet

 

Le caractère extravagant* de ces notions imposait qu’un travail approfondi soit réalisé pour les éclairer. La première tâche a consisté à les repérer et les situer dans chacune des nombreuses sources. La seconde a été de les définir.

 

Dans la très grande majorité des cas, les définitions sont celles données ici ou là par l’auteur lui-même. Elles sont issues de contextes très divers : extraits de poèmes, conférences, essais, extraits d’entretiens… (d’où parfois les différences de style du fait du passage du style oral au style écrit, de la prose à la poésie). De nombreuses citations tirées de l’œuvre complètent la définition en permettant d’élargir la compréhension de la notion. De plus, des correspondances entre les notions sont proposées, ceci permettant au bout du compte, si cela était encore nécessaire, de montrer toute la profondeur et la cohérence de l’œuvre et de la pensée whitienne.

 

La partie « Commentaire » cherche d’une part à éclairer la notion selon différents aspects qui peuvent la caractériser : soit anecdotique, soit biographique, soit parfois en élargissant sur des sources avérées ou probables. La rubrique « Cheminement critique » propose d’approfondir le terme en le resituant dans l’appareillage critique aujourd’hui disponible concernant l’œuvre.

 

Une table en fin d’ouvrage reprend l’ensemble des entrées du dictionnaire et les croise avec les termes ou expressions connexes. En tant que tel, ce sommaire constitue ainsi une première tentative de cartographie complète de l’œuvre de cet auteur européen d’origine écossaise, le paysage mental* d’une nouvelle contrée de l’esprit.

 

 

De sa destination

 

Les notions « extravagantes » citées plus haut sont la marque du génie de cet auteur qui, puisant dans notre héritage linguistique indo-européen (jusqu’au sanskrit) et dans de vastes pans de la littérature et de la pensée mondiale, a élaboré un corpus « résolument moderne », en dehors de tout esprit de système, de notions, de concepts, d’idées clés qui marquent à jamais son œuvre et sa démarche intellectuelle.

 

L’ambition à travers cet ouvrage n’est pas de faire un digest pour lecteurs pressés et paresseux mais de fournir un véritable vade-mecum, un guide permettant de mieux s’approprier la pensée et l’œuvre de Kenneth White et de comprendre son unité et sa primordialité. Il est destiné aux chercheurs et étudiants, à ceux qui souhaitent découvrir la géopoétique ou qui la pratiquent depuis longtemps.

 

Ce livre est une tentative, une ébauche mais il montre que les fondations sont solides pour cette « maison commune » que représente pour beaucoup la géopoétique.

 

En dernier lieu, affirmons que rien ne peut affranchir du commerce approfondi avec l’œuvre et son corpus de textes essentiels. C’est en quelque sorte une synthèse de celle-ci que nous livrons aujourd’hui, forcément parcellaire et comme elle en devenir. Mais on peut voir l’étude approfondie du Dictionnaire comme un complément ou comme une excellente préparation à la découverte ou à la redécouverte de l’œuvre.

 

 

De sa portée

 

Dans la perspective de rénover la culture et la pensée, Kenneth White a souvent indiqué qu’il croyait plutôt aux individualités, les figures du dehors* comme il les désigne. Nonobstant cela, il a souvent montré son intérêt pour des courants collectifs tels que le surréalisme.

 

Il m’importe aujourd’hui de constater, et j’espère l’avoir démontré à travers ce travail lexicographique, que depuis la période surréaliste aucun courant littéraire et de pensée, à part peut-être le situationnisme, n’a produit en France autant de nouvelles notions et d’idées que la géopoétique. Si la lecture de ce dictionnaire (je suis en effet convaincu que les dictionnaires font partie de ces livres qu’on lit) permet d’en persuader le lecteur, l’objectif de cet ouvrage aura été atteint. Ceux qui le savent depuis longtemps, et ils sont nombreux, salueront une nouvelle fois le fait qu’il s’agit là du fruit du travail immense et obstiné d’un seul homme qui a consacré sa vie à la réalisation d’un Grand Œuvre.

 

J’affirme enfin que la géopoétique ne doit pas rester confinée dans un dictionnaire aussi complet et riche soit-il. Elle doit se vivre, se pratiquer dans la réflexion, l’échange, l’écriture, l’art et la vie :

 

Dehors

à la fin de ce sombre hiver

il voyait des fumées bleues, des eaux vertes

comme jamais il n’en avait vu

cela lui suffisait

un corbeau affairé sur une branche

le faisait rire aux éclats

la forme de la moindre feuille

excitait son esprit

son intelligence

dansait parmi des mots adéquats

 

Kenneth White, Le méditant – Les Rives du silence

 

                                                                                                Stéphane BIGEARD


P.S. : Nous remercions les éditeurs de Kenneth White ainsi que ses traducteurs et tout particulièrement Marie-Claude White à qui l’on doit la majeure partie des traductions des ouvrages de l’auteur.

 



[1] Kenneth White : du nomadisme à la géopoétique* - Vidéo de 52 minutes sur Kenneth White réalisée pour le CDDP de l'Eure, 1997.- Directeur : Emmanuel Dall’Aglio ; réalisateur : Jean-Paul Cayeux

[2] Les termes avec un astérisque dans le texte sont définis dans le dictionnaire

[3] Poésie 98 – La Géopoétique – n° 74, octobre, Paris, Maison de la Poésie, p. 15-17

[4] cf. Kenneth White, Le Lieu et la parole, Editions du Scorff, 1997, p. 107.