Dans le paysage – j’allais retirer ‘littéraire’ – d’aujourd’hui, Kenneth White poursuit sa « trajectoire erratique » de poète, d’essayiste et de voyageur. Pour le plus grand plaisir de ceux qui résistent au maillage du réel selon une rationalité unidimensionnelle et objectivante, le résident nomade de la maison des marées parcourt pour ses lecteurs l’espace européen dans l’épaisseur d’une chronologie qui dépasse presque toujours les cadres trop humains.

Lire la suite : « La carte de Guido » – une ‘immensité intime’